ARCHIVES JOURNALIÈRES: 10 avril 2018

Brice de Canet


Il est allongé sur le sable, entouré de ses affaires. Rien d’étonnant en ce jour de printemps ensoleillé et peu venté. Un détail m’alerte pourtant. Il ne porte pas de chaussures, mais des chaussettes qui semblent avoir foulé tous les chemins de terre du monde. Un peu plus loin, des ouvriers s’échinent à démonter les vestiges du restaurant de plage dévasté par la dernière tempête. La mer est agitée par un vent de mer qui gonfle les vagues avant qu’elles ne s’écrasent sur le sable dans un bruit de roulis infernal. Je m’assois un peu plus loin et me perd
Lire la suite