ARCHIVES MENSUELLES: juillet 2018

Des mots doux comme un duvet


Ce matin, je vous parlais de plume… Et bien, quand je suis allée me baigner pour la seconde fois ce matin (au passage, quel luxe d’habiter si près de la mer!), un doux duvet est venu jusqu’à moi. Il est arrivé de nulle part et est venu caresser ma main avant de s’éloigner, poussé par le vent et bercé par la mer ruisselante de soleil de soleil… Ce duvet m’a fait penser à une petite anecdote que j’avais presque oubliée tellement elle me semblait anodine… Cette semaine, je pars rencontrer un « sauveur d’abeilles », un bénévole comme il en
Lire la suite

Burn out


Mes mots sont en panne. Ils se sont essoufflés de ma course éperdue. Las d’attendre que je les entende, ils ont stoppé net ma fuite en avant. « Burn out » pronostiquerait tout bon médecin. La course était trop rapide. La fuite trop éperdue. Ils n’arrivaient plus à s’ordonner, à donner du sens là où il n’y avait que l’esprit. Au départ, ils m’ont laissé faire. Fidèles compagnons de mes errances comme de mes inspirations les plus fines. Et soudain, ils ont dit stop. Ils ne voulaient plus être complices de ma cacophonie. Ils ne m’ont pas lâché, ils ne
Lire la suite

La merlette et le yuka


L’arbre n’a plus à offrir que son tronc et ses branches coupées en plein milieu. Les ayatollah de la propreté lui ont coupé ses feuilles pour éviter qu’elles n‘encombrent les cours environnantes. Les oiseaux continuent pourtant de s’y poser. Ils n’y restent pas longtemps, mais ils s’y arrêtent un moment telle cette merlette qui, tournant la tête dans tous les sens, semble avoir entamé un silencieux mais passionné dialogue avec son compagnon du moment. Son silence est d’ailleurs étonnant, tout autant que sa relative agitation. A bien l’y regarder, elle tient en son bec quelque chose qui, de loin, ressemble
Lire la suite

Le livre de philosophie (suite et fin)


La journée se passa tranquillement. Lili resta concentrée sur son travail et n’eut pas une pensée pour l’inconnu et son cahier. Ce n’est qu’une fois rentrée chez elle qu’elle s’y replongea. Mais seulement après avoir pris le temps de nourrir sa chienne et d’avoir pris une douche. Le cahier n’avait pas fini de livrer ses secrets. Elle reprit la lecture là où elle l’avait arrêtée la veille et tomba sur un nouveau numéro de téléphone. Elle le composa aussitôt et attendit, le cœur battant. Une voix se fit soudain attendre.
– Allo?
– Bonjour Madame. Voilà je vous explique. J’ai
Lire la suite

Le livre de philosophie (6)


Le lendemain, le soleil n’était pas encore levé quand elle ouvrit les yeux, mais la douce lumière de l’aube qui pointait son nez au travers des planches disjointes du volet, annonçait son arrivée imminente. Lili s’étira et pensa aux images qui avaient peuplé ses rêves. Il y était question d’un père qui cherchait sa fille… Elle avait été ce père toute la nuit, courant d’un point à un autre, prenant un chemin puis le délaissant au profit d’un autre avec, toujours, le même résultat : une impasse. Elle se leva d’un bond et passa une de ces robes d’été qui,
Lire la suite