21 jours pour nouer une relation…


Au début, il la regardait comme une extraterrestre. Il la voyait chaque matin se diriger vers la mer, se déshabiller et se baigner. Parfois pendant 5 minutes, parfois jusqu’à 20 minutes. Une durée tout à fait normale… en été, pas en hiver ! A cette époque, la température de l’eau devait flirter avec les 10 degrés. Quant à la température de l’air, brrrrrr ! Il n’arrivait même pas à imaginer qu’on pût se jeter dans une eau aussi glaciale. Et pourtant, elle le faisait chaque jour, avec une régularité qui le bluffait.
Un matin, alors qu’elle s’apprêtait à remonter sur son vélo, elle remarqua ce bar ouvert à l’aube et dont le nom, « El Farniente », invitait à la pause. Elle vint jusqu’à lui, cheveux encore mouillés de sa baignade aurorale, et commanda un café. Elle le but doucement tout en fixant l’horizon pour ne pas perdre une miette du lever de soleil du jour et disparut non sans lui avoir souhaité une bonne journée. Le lendemain, puis les jours qui suivirent, elle revint. Il se prit à guetter son arrivée. Elle venait en vélo, le posait à la même place, l’attachait au même poteau et partait sur la plage en empruntant le même chemin.
Un matin de tempête, il s’inquiéta. Elle n’allait quand même pas braver la nature. Il la surveilla de loin. Elle fit exactement comme d’habitude, mais n’enleva que son pantalon pour patauger à son gré au bord des vagues déchaînées. Elle ne but pas de café ce jour-là, mais partit vers la ville avec son vélo.
La tempête passée, elle reprit son cérémonial, un cérémonial auquel elle avait ajouté une pause-café chez lui. Il s’habitua à la voir tant et si bien qu’au petit café qu’elle commandait, il ajouta une petite douceur, histoire de lui redonner des forces. Un jour qu’il n’avait plus de douceur, il lui apporta un demi-pain au chocolat avec un sourire plein d’attentions.
Les relations humaines se nouent ainsi, à la façon d’une toile d’araignée. On commence par entrer dans le champ de vision d’une personne qui, au départ, ne nous remarque pas. Puis l’habitude aidant, on pénètre son quotidien, souvent sans qu’il s’en aperçoive tout de suite. Puis aux bonjours et aux sourires, s’ajoutent une phrase, une question, une réflexion. Et un jour, quand pour x raisons, vous vous absentez, la personne en question remarque votre absence et s’inquiète de ne pas vous voir.
Dans les années cinquante, un médecin avait démontré qu’il fallait 21 jours pour instaurer une habitude ou un changement de comportement. Cela fonctionne à merveille dans les relations humaines.
Tentez l’expérience. Allez dans un bar ou chez un commerçant du marché vingt et une fois de suite. Au départ, il va vous saluer comme tout client lambda sans spécialement prêter attention vous. Au bout des 21 jours, il vous saluera et discutera avec vous comme s’il vous connaissait depuis des années !
La relation avec l’autre est aussi simple que cela : elle se tisse comme l’araignée le fait avec sa toile et s’étend à l’infini si on la laisse s’épanouir sans peur et sans arrière-pensées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *