L’homme qui ramassait les déchets des autres


Ce matin-là, un engin de la ville ramène du sable sur un bord de mer creusé par la tempête de ces derniers jours. Non loin de là, un homme, bien emmitouflé dans une parka de circonstance, un bonnet enfoncé jusqu’aux oreilles et un panier en osier à la main, ne cesse de se baisser et de ramasser ce qui se trouve sur son chemin. Il s’appelle Jean. Il habite au port de Canet-en-Roussillon. Et il passe son temps libre à ramasser les déchets des autres sur cette plage où il aime marcher. Les déchets plastiques surtout. « Quand je vois
Lire la suite

Le piano


Quand on entre dans la pièce, on ne voit que lui. Un magnifique piano à queue. Puis, une fois assis dans l’un des confortables canapés de la pièce, on l’oublie. Il redevient un meuble comme les autres, témoin silencieux des relations qui se nouent, des confidences qui s’offrent, des rires qui ne manquent jamais de jaillir. Pourtant, ce soir-là n’est pas un soir comme les autres. Marie-Christine, une pianiste de renom, s’est invitée. Dans le vaste salon éclairé de lumière tamisée, une quinzaine de personnes. Certaines ne se connaissent pas, d’autres ont déjà eu l’occasion de se rencontrer. Seul point
Lire la suite

Le bambou rebelle


« Tout le monde lui disait : « Ce n’est pas là que tu dois vivre. Ce lieu n’est pas pour toi. » Mais la pousse de bambou s’était obstinée. C’est là, sur cette plage, dans ce sable, qu’elle se sentait elle-même. C’est là, face à la mer, qu’elle voulait vivre. Peu lui importait ce que pensaient les autres, ce qu’ils disaient être bon pour elle. « Tu ne pourras jamais grandir sans une terre riche et fertile ; l’air marin te desséchera ; le sable te recouvrera ; les gens te marcheront dessus. » La pousse de bambou n’avait
Lire la suite

Rage de vivre


Le bord de mer est désert. Les bars de plage ont plié bagage, les estivants sont rentrés chez eux, laissant toute latitude au vent de sculpter le sable à sa guise. Dans cette immensité figée par les éléments, une pousse de bambou résiste. Présence improbable, quasiment invisible, elle se fond dans le Tout pour espérer grandir incognito. Elle n’est pas seulement là, posée, mais bel et bien enracinée. Peut-être, aidée par le vent, s’est-elle échappée d’un pot posé négligemment sur un des balcons des très nombreuses résidences secondaires désertées par leurs occupants l’été terminé… Peut-être, malgré les risques de s’exposer
Lire la suite

Les lettres


Une dame, tout de noir vêtue, sur une scène quasiment nue, dans ce qui fut autrefois la salle de garde du château de Rieux-Minervois et qui, aujourd’hui, accueille concerts et spectacles. Une dame aux cheveux blancs venue accompagner à la viole de gambe la lecture de quelques-unes des lettres que se sont écrites ses grands-parents, Bernard et Magali Collin, d’août 1914 à septembre 1915. A sa droite, assise devant une petite table de bois, Isabelle Gély, raconte le quotidien des épouses et mères privées de leurs époux, de leurs pères, de leurs frères. A sa gauche, parfois assis, parfois debout
Lire la suite

Retour aux sources, retour à soi


A une époque où l’Humanité revient à ses vieux réflexes de repli sur soi, de nationalisme et de régionalisme exacerbés, il est bon de s’interroger sur la notion même de retour aux sources. Cela peut-il se limiter à la terre où l’on est né ? Très certainement non. Bien sûr, on est tous de quelque part, en particulier, d’un lieu, d’une famille, d’une terre, d’un pays, mais cela implique-t-il fatalement que celles et ceux qui viennent d’ailleurs ne le ressentent pas comme leur lieu, leur famille, leur terre, leur pays ? On naît là où l’on vit. On se crée
Lire la suite

L’ego de l’autre, coupable idéal


– C’est ton ego qui parle !
Combien de fois avons-nous entendu et entendons-nous encore cette phrase lapidaire et désespérément courante ? Aujourd’hui, dès qu’un interlocuteur ne peut ou ne veut entendre ce que vous avez à dire, dès que vous ne partagez pas son opinion, il vous sert cette phrase sur mesure sensée expliquer tous les désaccords et surtout vous ramener à plus d’ouverture quant à ses propos. Ego par ci, ego par là… Formule toute faite très à la mode, arme de « gouroutisation » massive très efficace. Tuez votre ego, je vous amènerai à la sagesse absolue.
Lire la suite

Le miracle de l’amour


Il a subi les foudres du feu, vu ses feuilles se rabougrir sous l’effet de la chaleur, son tronc se dessécher au contact des flammes et pourtant, ce pommier est toujours vivant. Là où il a pris racine, la propriétaire des lieux, qui venait de perdre sa ferme dans un incendie, l’a soigné. Avec amour. Avec désespoir aussi comme si l’existence de cet arbre pouvait à lui seul réparer le drame de sa ferme devenue cendres. Chaque jour, elle est venue lui parler, panser ses plaies, l’arroser. Ils auraient pu mourir chacun de leur côté, accablés par ce coup du
Lire la suite

La vieille dame et la mer


Il fait un temps estival en cette fin de septembre. Le soleil est déjà haut dans le ciel et darde ses rayons aussi chauds que lumineux. La plage est pourtant déserte. Enfin, presque. Au beau milieu, tout près de l’eau, une vieille dame se prépare. Voutée par une arthrite déformante, habillée d’un maillot de bain deux pièces sans âge dont la culotte menace à tout moment de glisser de son corps décharné, elle entre dans l’eau à petits pas et avance jusqu’à hauteur de genoux. Puis soudain, elle s’immerge totalement, ressort puis s’immerge de nouveau et fait la planche. Elle
Lire la suite

Deux cœurs sur une pierre


Un petit cimetière de village perdu dans la montagne. Pas de tombes, juste des croix plantées dans des rochers. Et puis deux cœurs posés là, sur une pierre. Le temps a fait disparaître les inscriptions. Ne reste que deux formes, blanchies et polies par les éléments. Deux cœurs appuyés contre un mur, l’un légèrement plus haut que l’autre, comme s’il veillait tendrement sur le second. Deux cœurs, deux êtres unis au-delà du temps et de l’espace. A y regarder de plus près, ils ne sont pas à même le mur mais accrochés à ce qui pourrait s’apparenter à des croix
Lire la suite

Les trois amies


Elles sont trois. Trois à braver la nuit qui arrive doucement. Deux qui peignent, une qui prend des photos. Il n’y a pas un souffle d’air. Pas un bruit sinon celui de quelques oiseaux qui s’élancent pour un dernier vol avant d’aller se blottir quelque part pour dormir. L’étang se confond avec l’horizon. Nuages et eau, eau et nuages. Tout est reflets. Tout se fond, tout se confond. Le soleil s’est enfui sans crier gare, prenant garde tout de même à laisser de son passage un léger voile rosé qui donne au paysage cette ambiance si particulière de temps suspendu.
Lire la suite

J’ai compris qu’avec des si…


J’ai compris qu’avec des si, tu serais encore là, avec moi, à refaire le monde, mais que pourtant, tu reposais sous cette pierre.
J’ai compris qu’avec des si, tout était possible, mais que rien ne se réalisait vraiment.
J’ai compris qu’avec des si, je rêvais ma vie, mais que je ne la vivais pas.
J’ai compris qu’avec des si, je pouvais gommer la réalité, mais que je ne la changeais pas.
J’ai compris qu’avec des si, je croyais avancer mais que je ne faisais que stagner.
J’ai compris qu’avec des si, j’utilisais des verbes d’actions, mais que je les emprisonnais
Lire la suite