Deviens lion


Le lion est là, au coin d’une rue. La tête figée dans le bronze, le corps enfoui dans le mur. Les hommes l’ont affublé d’un robinet en guise de bouche et l’ont condamné à regarder ce qui se passe sous ses yeux, sans pouvoir bouger. Enfin, c’est ce qu’ils ont cru faire… Quand ils le voient, les enfants appuient sur le robinet rien que pour voir sortir l’eau de sa bouche. Un homme tente soudain de le prendre en photo quand il se met à cracher. Mais lui joue au mutin. Cette bouche, ce n’est pas la sienne. L’image qu’on a voulu de donner de lui, ce n’est pas lui. Alors, quand on essaie de l’immortaliser dans cette situation, il retient l’eau. Mais l’homme s’entête. Il veut sa photo. Il appuie sur ce robinet pour saisir le moment où l’eau sort, le lion lui laisse croire qu’il va réussir puis il retient l’eau de nouveau. Jeu sans fin, synchronisation impossible. Et soudain, le lion en a assez. Il fixe son interlocuteur et se met à lui parler de son regard puissant.
– Ne peux-tu pas comprendre que je veuille garder ma dignité ? Vous m’avez représenté comme un vulgaire objet d’ornement, mais je suis bien plus que ça. Je suis un lion, fier et à jamais libre malgré la gaine de bronze dans laquelle vous m’avez enfermé. Et toi, es-tu libre ?
L’homme s’immobilise, perplexe. Il ne comprend pas ce qu’il se passe, mais ne peut détacher son regard de celui du lion.
– Sais-tu te rebeller quand on essaie de faire de toi quelqu’un que tu n’es pas ? Sais-tu dire non aux choses qui ne te conviennent pas ? Sais-tu seulement qui tu es ? Avant de pouvoir assumer ta personnalité propre, tes envies, tes rêves, encore faut-il que tu les définisses. L’as-tu fait ?
Dans la tête de l’homme, les pensées se bousculent. L’idée qu’il perd la tête l’effleure un instant, mais il ne s’y arrête pas. S’engage alors un dialogue d’autant plus profond qu’il est silencieux.
– Je sais qui je suis, mais j’ai si peur de ne pas être aimé que je suis et que je fais ce que les autres attendent de moi.
– Et tu es heureux comme ça ?
L’homme était partagé entre l’envie de mettre fin à ce dialogue improbable et celle d’en savoir plus…
– Non mais qu’y puis-je ?
– Deviens lion. Eloigne-toi de tous ceux qui veulent faire de toi quelqu’un d’autre, qui attendent de toi non seulement ce que tu ne peux leur donner, mais ce qu’ils ne peuvent se donner aux-mêmes. Redresse-toi et sois fier de qui tu es. Sois toi, sois riche de toi. C’est la clé du bonheur. Les autres te verront toujours comme ils veulent te voir. Peu importe. C’est le regard que tu poses sur toi qui doit primer. Regarde-toi avec les yeux de l’amour et ta vie changera.
L’homme rangea son appareil photo et s’éloigna doucement non sans un dernier regard pour cette tête de lion qui, tel un miroir, venait de lui renvoyer son dialogue intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *