Femme


Cette femme offerte au ciel, que célèbre-t-elle ? Peut-être juste sa féminité (re)trouvée… Peut-être juste sa féminité acceptée… Il est parfois si difficile de comprendre qui l’on est, si difficile de devenir soi… Petite âme qui a choisi un jour le ventre de sa maman biologique, le foyer où elle devra grandir, qui se prépare au monde en se confrontant à ses bruits assourdis. Petite âme qui se matérialise en corps et qui, après un cheminement intérieur connu d’elle-seule, sort de ce cocon protecteur en criant de froid et de peur. Puis vient la vie de ce petit corps fragile, vulnérable, soumis à la folie des hommes. La vie de ce petit corps meurtri qui se referme avant même de s’être ouvert, terrassé par tant de violence. Arrive alors l’esprit qui pour préserver cette petite âme et à ce petit corps d’une mort totale, les emprisonne dans une même gangue protectrice et limitante. Et dans cette cacophonie générale, le cœur qui bat malgré tout. Le cœur qui aime démesurément de ne pas aimé. Ils ne devraient faire qu’un, mais ils sont quatre. Quatre éléments bien distincts qui marchent côte à côte sans jamais réussir à se rejoindre. Une âme qui s’échappe vers l’indicible, son royaume, plus souvent qu’à son tour. Un esprit qui se nourrit de peurs et de projections sans lendemain. Un corps qui souffre de ne pas exister et d’être maltraité. Un cœur qui se perd dans une quête d’absolu impossible à assouvir. Et puis un jour, un regard. Un regard qui se pose sur les quatre et les fait se reconnaître, se trouver, s’accepter. L’alchimie si longtemps attendue, si longtemps espérée. L’éclosion d’une femme. Merci Yael.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *