La bouteille à la mer… Noël


Une bouteille, sur le sable… A l’intérieur, une lettre écrite à la main, qui disait ceci…
« Cher Père Noël,
Peut-être, sans doute même, serais-je partie vers d’autres mondes quand tu liras cette lettre… Mais qu’importe… Ce que j’ai à te demander ne se préoccupe pas du temps qui passe. L’amour de ma vie m’a devancée et est parti reconnaitre les lieux avant que je ne le rejoigne. Aujourd’hui, je suis une vieille dame, mais je ne t’ai jamais oublié, cher Père Noël. Et après des années de silence, j’ai juste envie de te confier mes vœux les plus chers.
Autour de moi, certains, parents et grands-parents, se retrouvent seuls en cette période de fête familiale. Leurs parents voguent vers d’autres rivages. Leurs enfants ont grandi, sont devenus parents à leur tour et construisent leur vie loin d’eux. Si tu pouvais chuchoter à ces enfants devenus adultes de ne pas oublier l’essentiel… Si tu pouvais leur rappeler combien le temps passe vite… Si tu voulais bien leur faire comprendre l’immense valeur d’un « je t’aime » prononcé avec amour, la profondeur d’une pensée, l’intensité d’un regard…
Je n’ai pas grand-chose à te demander, cher Père Noël. J’ai tout eu de la vie. Des enfants merveilleux, des amitiés profondes et durables, des amours passionnés, un amour intense et partagé avec mon âme sœur, de petits cadeaux chaque jour, des remises en question profondes et souvent douloureuses qui m’ont tout doucement amenées à moi, la réalisation de tous mes rêves…
Aujourd’hui, je te demande juste d’ouvrir le cœur de ceux qui l’ont fermé par peur de souffrir, de mettre du baume au cœur de ceux qui ont perdu un être cher, d’élargir la vision de ceux qui ne croient plus à la beauté de la vie et qui veulent toujours plus que ce qu’ils ont déjà.
Enfant, je refusais de fermer les yeux de peur de rater ta venue et pourtant, tu réussissais toujours à tromper ma vigilance et à m’apporter les cadeaux demandés sans que je ne te vois passer.
Plus tard, bien plus tard, j’ai compris que la magie de Noël était là, dans ce passage incognito de toi, vieil homme à la barbe blanche et au sourire doux comme les flocons de neige qui ne manquaient jamais de t’accompagner. J’ai compris que le véritable cadeau, c’était ce miracle chaque année renouvelé de ta venue.
Alors, aujourd’hui, cher Père Noël, je te remercie d’avoir préservé mon âme d’enfant en revenant chaque année, même quand je ne t’écrivais pas.
Et je te demande une dernière chose, cher Père Noël : passe dans toutes maisons, illumine-les d’arc en ciel de bonheur, allume le regard des petits et des grands et sème l’amour dans le cœur de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *