La dame licorne du balcon

Un matin d’hiver nostalgique de l’automne, une température au diapason des envies de saison, une plage déserte soulagée de la tramontane, un soleil joueur qui se cache derrière les nuages tout en les parant d’or… Et un immeuble tous volets fermés face à la mer pourtant si belle. Tous volets fermés exceptés ceux d’un appartement, le seul visiblement habité en cette saison désertée par les touristes. Volets levés, fenêtres ouvertes au jour qui se lève, il tranche sur la face triste de l’immeuble abandonné. Vision banale d’une ville dépeuplée l’hiver, surpeuplée l’été. Et sur le balcon, une forme. Une licorne. L’image a de quoi faire sourire. Impossible au premier coup d’œil de distinguer si c’est un homme ou une femme qui l’habite. Emmitouflée dans ce qui se révèle être un pyjama, la personne qui s’y est réfugiée ne laisse rien apparaître d’elle. Par déduction et parce qu’à priori, un homme ne se risquerait dans un tel déguisement (la force des préjugés… sourire), il s’agit d’une femme. Dos à la mer, elle semble totalement indifférente au soleil qui se lève dans son dos et qui doit pourtant se refléter dans la tablette qu’elle ne quitte pas des yeux. Curieux monde que le nôtre qui préfère la lumière des ordinateurs à celle du soleil et le virtuel au réel.. A quoi pense-t-elle cette dame, seule sur son balcon? A qui parle-t-elle? A-t-elle seulement conscience de cette personne qui, de la route, l’observe et cherche à deviner sa vie? Elle ressemble à la vieille dame chantée par Jean-Jacques Goldman dans « La vie par procuration ». Sauf qu’elle ne semble pas vieille et qu’elle ne vit pas dans une ville grise et froide. Mais peut-être est-elle heureuse ainsi… Le bonheur ne se limite pas à ce que l’on en croit. Il prend des formes et des couleurs différentes pour chacun. C’est ce qui en fait la magie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *