La femme du restaurant


Elle est seule, à une table coincée entre un poteau et une plante verte, une bouteille de vin à peine entamée, le regard perdu dans le vide. Elle mange machinalement, droite comme un i sur sa chaise. Son visage ne laisse transparaître aucune émotion. Il se dégage d’elle une solitude incommensurable et une grande lassitude teintée d’une certaine tristesse. Ses yeux fixent un point devant elle et n’en dévient pas. Quand le serveur vient enlever son assiette, elle sort de sa léthargie et se risque même à un léger sourire avant de retomber dans sa méditation silencieuse. Quand elle ne mange pas, elle joint ses mains devant son menton, comme dans une prière. Parfois, son regard s’échappe vers le mien qu’elle doit sentir bien qu’il ne fasse que passer sur elle. C’est un regard furtif, légèrement interrogateur, presque inquiet. J’arrête de l’observer pour ne pas la déranger plus longtemps. Si j’osais, j’irais m’assoir à sa table et je briserais son monologue culinaire. Je suis toujours interpellée par ces personnes qui se retrouvent à manger seule au restaurant… Mais après tout, peut-être aime-t-elle ces moments, peut-être les recherche-t-elle… Qui peut savoir ? Je me lève pour régler l’addition et je me retrouve à quelques mètres d’elle. Impeccablement coiffée, vêtue d’un pull et d’un pantalon un peu chics, le dos droit, presque rigide, elle parait sensiblement le même âge que moi. A la fois, je voudrais en savoir plus sur elle et je ne veux pas l’importuner. Je sens qu’elle sent mais elle fuit mon regard et se cache presque derrière la plante verte qui lui sert de compagnie. Dommage, j’aurais pu lui sourire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *