La malle du château


Cette partie du château est non seulement inhabitée, mais vide de tout meuble. A voir leurs fientes un peu partout, les pigeons monopolisent l’endroit. La lumière du jour s’infiltre à travers les planches disjointes des volets. Et il y a cette malle, posée à même le sol, le long du mur. Une de ces malles anciennes au couvercle bombé, promesse de trésors enfouis et oubliés de tous. L’épaisse couche de poussière qui la recouvre témoigne du temps passé dans cette pièce à attendre que quelqu’un veuille bien l’ouvrir… Elle ne semble pas impatiente, la solitude et le silence lui ont appris la sagesse, mais elle voudrait tellement livrer ses secrets… Alors, quand des mains curieuses soulèvent son couvercle, elle en soupire d’aise, offrant au visiteur intrépide ses plus belles couleurs intérieures. Des partitions religieusement rassemblées selon une classification mystérieuse par des petites ficelles de chanvre, elle ne dira rien, laissant à chacun sa propre interprétation. Elle, a rempli son rôle. Elle a protégé les précieux documents des ravages du temps, de l’air, de la lumière, de la poussière qui, pourtant, s’immisce partout. Les partitions lui donnent en retour sa plus belle récompense en s’offrant au regard, intactes et inspirantes. D’où viennent-elles ? Par qui ont-elles été composées ? De qui, de quoi a-t-on voulu les protéger en les rangeant dans cette vieille malle, au fin fond de ce grenier de château ? L’imagination les fait appartenir à quelque mélomane passionné, les fait voyager dans des contrées lointaines, les fait charmer des publics conquis par la douceur de leurs harmonies… Elles portent l’amour de celui ou de celle qui les faisait vivre chaque jour, sur les touches d’un piano, elles en perpétuent son souvenir. Alors, les mains referment doucement le couvercle de la malle en prenant soin de ne pas enlever la poussière qui la recouvre. Il est de ces charmes qu’il ne faut pas briser. D’autres l’ouvriront un jour et y verront autre chose… Elles, garderont leur secret pour l’Eternité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *