Le ballon abandonné


Y a des bois qui traînent sur la plage
Et un vent qui devient destructeur.
Quand sa vie est devenue mirage
Il se sent si seul.
Tout ces nouveaux amis qui l’aimaient
Sont passés à autre chose désormais.
Dans sa mémoire : des photos, des fleurs
Une certaine image du bonheur.
Il se sent si vide dans sa tête.
Il se sent si vide dans son cœur.

C’est un ballon abandonné
Qui a volé sans se retourner.
Sûr que le blues est inventé
Pour lui aujourd’hui.
Parce qu’il a su s’abandonner
A ceux qui ont voulu l’aimer
Il a donné ce qu’il avait
Mais lui, il se demande qui il est.
Abandonné, oui, abandonné.

Et cette fille sur la plage,
Qui s’arrête à son passage

Sans qu’il parle, elle comprend
Sa vie, comme c’est bon d’être heureux
Oh, comme c’est bon d’oublier
Que tellement de lumière
Ça peut faire mal aux yeux
Et il se sent moins vide dans sa tête
Oui il se sent moins vide dans son cœur.

C’est un chanteur abandonné
Qui a vécu sans se retourner.
Sûr que le blues est inventé
Pour lui, aujourd’hui.
Parce qu’il a su s’abandonner
A ceux qui ont voulu l’aimer
Il a donné ce qu’il avait
Mais lui, il se demande qui il est.
Abandonné, oui, abandonné.

Tant pis s’il faut payer
D’avoir toujours donné.
C’est beau et il le sait
De s’être abandonné.
Vivre, c’est comme aimer.
Vivre, c’est partager
Jamais abandonner.
Vivre, c’est partager
Jamais abandonner.

Jamais abandonner

Vivre, c’est partager
Jamais abandonner »
Inspiré d’une chanson de Johnny Halliday.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *