Le livre de philosophie


Comme tous les matins d’été, la plage a gardé les traces des baigneurs qui, sans vergogne ni conscience aucune, laissent là où ils se sont posés, tous les détritus possibles et inimaginables. Les engins municipaux ont beau passer et repasser, ils peinent à redonner au sable sa propreté originelle. Pourtant, ce matin-là, ce ne sont pas les papiers et autres déchets de restauration rapide qui attirent son attention, mais un livre. Il est debout, comme sorti d’une bibliothèque invisible, à cheval sur le sable et sur une BD de Lucky Luke.. Autour, des cahiers, des lettres manuscrites précieusement conservées dans des pochettes transparentes, un rouleau de papier d’alu,des sacs de grande surface… D’où elle se trouve, elle ne peut lire le titre. L’impression que les buissons sous lequel il se trouve l’ont posé là, le temps d’une courte pause et qu’ils vont en reprendre la lecture. Elle n’y touche pas, se contentant d’en déchiffrer le titre: « Philosophie contemporaine ». Elle pourrait le prendre, le feuilleter tout comme elle pourrait lire les lettres doucement posées à côté de lui. Elle se contente de regarder l’ensemble comme elle contemplerait un tableau dans un musée. Elle ne se sent pas le droit de toucher à ces affaires abandonnées là. A qui peuvent-elles appartenir? Par quel coup du sort, quel événement ont-elles pu se retrouver là? Elle préfère préserver le mystère, laisser le buisson prendre soin de ces trésors jusqu’à ce que, peut-être, sa ou son propriétaire, vienne les récupérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *