« Les âmes sœurs


Dans le même atome, nos âmes ont pris naissance.
D’une fleur unique, nous fûmes les pétales.
Quand tu étais gazon, j’ai dû être pâquerette.
Si j’ai été fauvette, toi, tu fus rossignol.
Nos âmes, en évoluant, se suivaient sans cesse.
Lors de nos incarnations, en des corps humains, nous avons toujours côtoyé le même chemin.
Nous avons fait ensemble plusieurs fois le même voyage.
Notre récente route fut la plus belle de toutes.
Elle a fini trop vite ; mais j’ai la certitude qu’elle sera la dernière de nos incarnations.
L’étape que je dois parcourir est particulièrement aride pour moi car mon sentier est désert.
Ma peine s’est adoucie depuis que nos âmes ont fusionné.
Tu m’as appris que notre interpénétration est telle que le jour où mon âme libérée retrouvera la tienne dans l’espace infini, aucune force ne pourra jamais les désunir.
Confondues, elles ne seront plus qu’un seul et même esprit, reformant ainsi l’atome par qui elles furent créées. » Suzanne Max-Getting, « La fusion des êtres », 1927.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *