Les chaises de la rue sans soif


Dans une rue de la soif devenue le temps de l’hiver rue sans soif, elles sont là, empilées dans le coin d’une cour, exposées au vent, à la pluie et au froid. Elles sont là et se sentent inutiles. Elles se serrent les unes contre les autres pour tenter de se réchauffer. L’été, elles animent la rue de leur présence. Les touristes apprécient leurs formes généreuses, la douceur de leur cannage souple et harmonieux, la profondeur de leur dossier et cette façon qu’elles ont de les envelopper. Avec elles, un apéro entre amis prend une toute autre dimension. Elles ont le don d’arrêter le temps… Quand on se pose sur l’une d’elle, on a juste envie de se laisser aller, de faire durer à l’infini ces moments de convivialité qui font le sel de la vie. Choyées l’été, ignorées l’hiver, tel est le lot des chaises de la rue de la soif qui n’attendent qu’une chose : le retour des beaux jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *