L’homme et l’enfant


De loin, on dirait un couple. Deux êtres serrées l’un contre l’autre, deux êtres qui ne font qu’un, deux êtres posés sur le sable pour assister au lever du soleil. Et puis, quand je m’approche, ma vision se modifie. Il y a bien deux êtres mais si je discerne bien l’homme, j’ai du mal à identifier avec il est. D’où je me trouve, on dirait une tête d’animal, un chien peut-être. Il a du mal à rester dans les bras de son maître. Face à eux, le soleil ne daigne toujours pas sortir de l’horizon. Et l’homme a bien du mal à calmer son compagnon. Je suis désormais à leur hauteur. Et ce que je croyais être un animal de compagnie est en fait un tout petit enfant. L’homme, assis en tailleur face à la mer, le serre contre lui. Il se dégage d’eux beaucoup d’amour. Mais l’enfant s’impatiente. Le soleil ne se montre toujours pas. Alors, l’homme se lèvre et, l’enfant dans ses bras, commence à arpenter la plage tout en surveillant l’horizon d’un coin de l’œil. Quand la boule rouge pointe enfin le bout de son nez, il s’assied de nouveau et, l’enfant toujours au creux de ses bras, il ferme les yeux et offre son visage au soleil. Image magnifique d’un moment d’extase comme seule sait nous en offrir la nature, et de la capacité de l’être humain à savourer des choses simples comme un lever de soleil. L’homme et l’enfant sont ensuite repartis sur la pointe des pieds. Quand je suis revenue à ma serviette, ils n’étaient plus là. Seule restait d’eux cette image sortie de nulle part…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *