« L’inaccessible étoile


Quand on est amoureux, on a envie de le crier sur les toits, de le partager, de sauter, de courir, de bondir, de rire… Le cœur ne cesse alors de vouloir sortir de sa cage, il vole, surfe, explose de mille feux. Mais il y a les autres. Ceux dont on faisait partie avant… Ceux qui cherchent sans trouver, ceux qui attendent « l’inaccessible étoile » sans oser l’approcher quand elle passe à proximité… Alors, par respect, on modère cet amour qui explose de partout.
– Donc, c’est possible de rencontrer son âme sœur après 50 ans ?
La question a de quoi surprendre et pourtant, elle est sur toutes les lèvres. L’Amour n’a pas d’âge, il se moque des années, il ignore le temps qui passe. Il se présente, laissant libre chacun de lui ouvrir ou non la porte. Car pour connaitre l’Amour, pour espérer le vivre un jour, il faut oser ouvrir son cœur, sans avoir peur des échecs ou des fausses routes parce qu’au final, il n’y a pas d’échecs, pas de fausse route, juste un chemin vers soi. Quand on est parvenu jusqu’à soi, l’amour se présente. Comme une évidence. Comme une incroyable évidence capable de combler en un instant cette quête d’une vie. L’amour comme un aboutissement, mais aussi comme une projection vers plus haut encore. L’amour inconditionnel qui accepte l’Autre dans tout ce qu’il est, dans toutes ses dimensions. L’Amour qui laisse l’Autre libre d’être et de faire. L’Amour qui devient socle de tous les possibles. Le secret de l’Amour, c’est d’y croire. Inébranlablement. Et alors il arrive… Je vous le souhaite à tous.
Jacques Brel en a parlé mieux que quiconque. Ecoutons-le…Avec le cœur… Sourire.
« La quête
Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l’étoile
Peu m’importent mes chances
Peu m’importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l’or d’un mot d’amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s’éclabousseraient de bleu
Parce qu’un malheureux

Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s’en écarteler
Pour atteindre l’inaccessible étoile »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *