Lola

Avant de la rencontrer, j’avais toujours préféré les chats. Plus libres, plus autonomes, plus indépendants. Et puis, je l’ai vue. Petite boule de poils gris en bataille assise au milieu d’un grand carton, perdue dans cette grande animalerie. Je cherchais un petit chien pour l’anniversaire de mon fils. Je l’ai prise dans mes bras, j’ai glissé le carton dans le coffre de ma voiture et l’aventure a commencé. Je revois encore la joie de mon garçon quand il a ouvert le carton, sa douceur quand il a pris Lola dans ses bras. De ce jour, elle a fait partie de la famille jusqu’à devenir ma plus fidèle complice. Elle a couru sur les plages de son pays de naissance, est tombée à la mer par temps de grand vent du voilier où nous nous trouvions, s’est fait renverser par une voiture qui arrivait trop vite pour l’éviter, a voyagé pendant 24 heures dans les soutes d’un avion pour nous suivre dans nos pérégrinations, s’est fait attaquer par un chien au moins aussi hargneux que son maitre, et elle est toujours là. Aimante et tranquille. Comme lorsqu’elle a donné la tétée à 5 chatons orphelins, comme lorsqu’elle est venue me chercher au moment de mettre bas. Lola, c’est un poème, une ode à l’amour, une symphonie de douceur, un cadeau du Ciel. Quand elle m’entend mettre mes chaussures et enfiler un blouson, il faut la voir sauter en tournant sur elle-même et se précipiter vers la porte, se recouchant tristement quand elle comprend que je ne peux l’emmener, sortant comme une fusée quand je lui ouvre la porte. Capable de s’amuser avec un crabe pendant des heures sans lui faire de mal, de faire mine de pas m’entendre quand je la rappelle, mais vérifiant sans cesse que je ne suis pas très loin, de se planter près de ma serviette de bain quand je me baigne jusqu’à ce que je sorte de l’eau. Elle a nagé dans l’étang infesté d’algues cet été, s’est piqué les pattes aux bogues de châtaignes cet automne, s’est plongée dans la neige jusqu’au cou cet hiver et ira courir après les papillons au printemps. Rien ne l’arrête. Toujours prête à sympathiser, à découvrir, à courir… On parle souvent d’eux comme de nos « animaux de compagnie », mais les êtres à quatre pattes qui nous accompagnent dans la vie, sont bien plus que cela : de véritables, sincères et fidèles amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *