Le destin et le bonheur…


« Quand nous prononçons le mot « destin », il n’est personne qui ne se représente quelque chose de sombre, d’affreux et de mortel. Au fonds de la pensée des hommes, il n’est que le chemin qui conduit à la mort. Même, la plupart du temps, il n’est autre chose que le nom que l’on donne à la mort qui n’est pas encore arrivée. Il est la mort envisagée dans l’avenir et l’ombre de la mort sur la vie. « Nul n’échappe à son destin », disons-nous par exemple, en songeant à l’embûche qui attend le voyageur au détour de la route. Mais si le voyageur rencontre le bonheur, nous ne parlons plus du destin, ou nous n’en parlons plus comme du même dieu. Et cependant, ne peut-il advenir que celui qui chemine par la vie rencontre un bonheur plus grand que le malheur et plus important que la mort?Ne peut-il advenir qu’il rencontre un bonheur que nous ne voyons pas, et de sa nature de bonheur n’est-il pas moins manifeste que le malheur, et ne devient-il pas moins visible à mesure qu’il s’élève? Mais nous n’en tenons aucun compte. Si c’est une aventure misérable, toute la ville accourt; mais si c’est un baiser, un rayon de beauté qui vient frapper notre oeil, ou un rayon d’amour qui vient éclairer notre coeur, personne n’y prend garde. Et pourtant un baiser peut être aussi important à la joie qu’une blessure est importante à la douleur. Nous ne sommes pas justes; nous ne mêlons presque jamais le destin au bonheur; et si nous ne le joignons pas à la mort, c’est pour le réunir à un malheur plus grand que la mort même. » Maurice Maeterlinck, « La sagesse et la destinée », éditions « Le livre de demain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *