Première neige…

– Maman, maman, il neiiiiige! Tu te rends compte, il neiiiiiiige!
La jeune femme n’en croyait pas ses yeux. Elle n’avait jamais assisté à un tel spectacle. Des arbres aux feuilles multicolores de l’automne, il ne restait qu’un grand manteau blanc lui-même dissimulé sous un brouillard de neige. Elle enfila un manteau et se planta au milieu du chemin les bras grands ouverts et le visage offert aux flocons qui tout doucement venaient se poser avant de fondre instantanément au contact de cette peau douce et chaude… Ils se déposaient partout, dans ses cheveux, sur ses paupières, sur son nez, même sur ses lèvres, lui laissant une impression de légèreté qu’elle n’avait encore perçue dans aucune autre circonstance. Elle rouvrit les yeux et se remit en route. Elle fut surprise du bruit de ses pas dans la neige, du murmure des flocons, de la douceur cotonneuse de l’instant. La montagne s’était métamorphosée. Si elle ne l’avait pas si bien connue, elle aurait pu confondre son sommet avec le ciel. Même blancheur immaculée, même silence si dense que l’on n’entend que lui. Même les arbres semblaient différents. Drapés dans leurs manteaux blancs, ils impressionnaient de sagesse et de dignité. Venue d’un pays où il ne neige pas, elle ne cessait de s’émerveiller de cette nature qui telle la fée armée de sa baguette magique pouvait se transformer à souhait et au gré de ses envies. L’instant était divin et elle le vécut ainsi. La nature lui avait offert le plus beau des cadeaux de Noël, celui de l’émerveillement et des joies enfantines retrouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *