Tag Archives: étoile

« L’inaccessible étoile


Quand on est amoureux, on a envie de le crier sur les toits, de le partager, de sauter, de courir, de bondir, de rire… Le cœur ne cesse alors de vouloir sortir de sa cage, il vole, surfe, explose de mille feux. Mais il y a les autres. Ceux dont on faisait partie avant… Ceux qui cherchent sans trouver, ceux qui attendent « l’inaccessible étoile » sans oser l’approcher quand elle passe à proximité… Alors, par respect, on modère cet amour qui explose de partout.
– Donc, c’est possible de rencontrer son âme sœur après 50 ans ?
La question
Lire la suite

Tombées du ciel


Les étoiles s’amusaient comme des petites folles, toutes contentes d’avoir échappé à la surveillance de la lune et de gouter cette mer qu’elles ne voyaient d’habitude que d’en haut. Elles sautaient sur les vagues, disparaissant, apparaissant au gré de leurs jeux. La mer, d’abord surprise, s’amusait à les cueillir au creux de ses vagues puis à les faire sauter jusqu’à la plage. Elle se sentait belle de ces petits astres célestes devenues soudain terrestres. Mais le soleil s’agaça de cette complicité naissante et solidaire de la lune, son alter ego céleste, il se cacha derrière les nuages. Les étoiles cessèrent
Lire la suite

Variations sur l’étoile


Une petite étoile de mer, toute seule sur la plage… Non, non, je ne vais pas me lancer dans mon sempiternel refrain sur la solitude, l’amour, l’importance d’un regard… Pas aujourd’hui. Juste envie de laisser mon esprit filer au gré des mots, au gré de cette étoile rejetée dimanche dernier sur le sable par la mer en furie… Etoile, et-toi-le plus doux, étole divine, étonnement, étourdissement… L’étoile, les toiles comme celle du net qui tue la relation dans l’œuf, comme celle de l’araignée qui entend capter le moindre murmure… Les toiles comme les serpillères que l’on passe sur un sol
Lire la suite

21 jours pour nouer une relation…


Au début, il la regardait comme une extraterrestre. Il la voyait chaque matin se diriger vers la mer, se déshabiller et se baigner. Parfois pendant 5 minutes, parfois jusqu’à 20 minutes. Une durée tout à fait normale… en été, pas en hiver ! A cette époque, la température de l’eau devait flirter avec les 10 degrés. Quant à la température de l’air, brrrrrr ! Il n’arrivait même pas à imaginer qu’on pût se jeter dans une eau aussi glaciale. Et pourtant, elle le faisait chaque jour, avec une régularité qui le bluffait.
Un matin, alors qu’elle s’apprêtait à remonter sur
Lire la suite

Pourquoi fait-il si chaud ici?


« Pourquoi fait-il si chaud ici? J’étouffe. Je suis arrivé ce matin en cet étrange endroit. Je suis exténué. Mes branches sont encore douloureuses. Serrées dans un drôle de filet, elles s’étirent peu à peu et mon tronc peine à s’élargir. Quant à mes aiguilles pourtant si résistantes sous le poids de la neige, elles sont à présent si frêles…
Hier, j’étais dans ma forêt, baigné de la lumière du soleil, de la lune et des étoiles au gré du temps qui passe, libre et fier. J’avais plein de copains, mes parents m’enlaçaient de leurs tendres branchages. Que de beauté
Lire la suite

Buvons encore…

Avec l’écriture, tout est possible, voici un exemple de ce que l’on peut faire en parodiant une chanson. Dans cet exemple précis, la chanson « Il faut que je m’en aille » de Graeme Allwright pour célébrer un nouveau bureau, une association professionnelle et plus globalement l’amitié.

« Le temps est loin de nos galères
Des coups de poings, des coups d’calcaire
Et j’vous le dis, c’est bien fini
On va chanter avec le verre bien rempli

Buvons encore, encore une fois
A l’amitié, l’amour, la joie
On a fêté nos épousailles
Ça m’fait du bien, ça me met le … Lire la suite

Lettre à ma fille

« 19 ans aujourd’hui que tu es arrivée dans ma vie.
19 ans, et 9 mois devrais-je dire, que tu m’as choisie pour expérimenter une nouvelle vie. Je crois que je t’ai toujours désirée. Donner la vie pour réparer la mienne.Je te souhaitais tant que chaque mois qui a suivi la rencontre avec ton père, je t’ai espérée. Jusqu’à ce qu’un jour, tu décides de pointer le bout de ton nez. Je t’ai perçue aux transformations, si attendues, de mon corps. Je suis alors devenue mère.Avec la prodigieuse capacité des femmes à se métamorphoser pour accueillir un enfant. J’ai Lire la suite