Tag Archives: silence

Le vieux vigneron


Il a la voix un peu bourrue de ces hommes de la terre, le visage ridé comme un parchemin où se dessinent les chemins d’une vie laborieuse, la peau brunie par le soleil. Sa poignée de main est franche et ferme. Il ne sait pas pourquoi je veux le rencontrer, mais ne semble pas s’en émouvoir. Il m’invite à m’assoir dans un fauteuil tandis que lui s’installe sur une chaise qu’il place juste devant moi. Alors, seulement, il me regarde. Son regard m’ausculte, me détaille, plonge au plus plus profond de moi. Je le laisse prendre ses marques, appréhender qui
Lire la suite

La panne


Parfois, les mots ne veulent pas sortir. Ils sont là, tout près, mais inaccessibles. Et plus vous essayez de les faire sortir, plus ils se cachent. Eux seuls savent ce qu’ils veulent vous dire. D’ailleurs, si vous prenez le temps de les écouter, ces mots rebelles qui refusent soudain de vous obéir, ils vous demandent juste d’écouter le temps qui s’écoule doucement. Ils vous supplient de regarder la petite étoile de mer échouée sur le sable, sans la décrire ou en inventer une histoire. Ils vous susurrent à l’oreille que s’ils restent précautionneusement blottis au creux de vous, c’est que
Lire la suite

Sur le toit du château…


Chaque année, dans le château de Rieux-Minervois, une petite ville de l’Aude, se déroule un festival de musique classique. Pour présenter ce rendez-vous devenu incontournable pour les mélomanes, rendez-vous est pris avec les organisateurs… et propriétaires des lieux. Le châtelain, qui n’a de châtelain que le fait d’habiter un château, me fait entrer, puis m’encourage à me défaire de mon manteau. Au passage, il me montre un premier salon qui fut, si l’on en croit les dires de certains, une ancienne chapelle. La voûte en rosace semble attester cette version. Il me précède et m’invite à m’assoir dans un second
Lire la suite

Achille


La meilleure façon de découvrir une ville est de marcher au hasard de ses rues, de se laisse guider par ses pas et d’ouvrir grand ses yeux. Me voici donc partie au gré de mes intuitions et des pierres qui m’appellent. Le ciel est dégagé, le soleil haut dans le ciel, la lumière idéale pour des prises de vue. Soudain, je tombe en arrêt devant une devanture. Ses vitres sont recouvertes de fresques qui parlent de carnaval, de rugby, de club de supporters. Il se dégage de cette vitrine un je ne sais quoi de tendre, de doux, de précieux.
Lire la suite

Le camion et les migrants


Ils marchaient depuis des jours. Ils ne savaient d’ailleurs plus depuis combien de temps. Poussés par la guerre et la faim, ils avaient quitté leur pays, payé plusieurs passeurs pour quitter leur terre, pour traverser la Méditerranée. Ils avaient navigué longtemps, ballotés par les vagues. Ils avaient cru mourir quand une nuit, la tempête s’était levée, transformant leur bateau en fétu de paille auquel ils s’étaient accrochés désespérément. Et puis, il y avait eu les patrouilles, la fuite du passeur qui les avait laissés là, dans ce bateau qu’ils ne savaient pas piloter. Ils avaient transformé les banquettes en rames
Lire la suite

Des poooooommes, des poiiiiiiires, et des scoubidous, bidous wouah, des scoubidous, bidous

« Il faisait jour depuis un moment déjà, mais une fois n’est pas coutume, Léa n’avait pas eu envie de se lever ce matin-là. Emmitouflée dans sa couette, elle tentait de percevoir les bruits de l’extérieur, mais rien ne filtrait au travers des vitres, pourtant fines, de sa fenêtre. Elle sauta dans son pantalon qui l’attendait au pied de son lit, droit comme un i, et enfila pull et doudoune dans un même élan. Elle s’arrêta une seconde dans la salle de bain, s’aspergea d’eau froide et passa une main dans ses cheveux en guide de brushing. Quand elle ouvrit … Lire la suite