« Erdoän Dujardin, un homme nature aux « Dessous des dames » Jour de grande aff…

« Dialogue avec la mante religieuse La mante religieuse est là, posée à même le…
26 novembre 2019
YANACOM est spécialisée dans la création de sites web, à votre image, selon vos …
29 novembre 2019

« Erdoän Dujardin, un homme nature aux « Dessous des dames » Jour de grande aff…

« Erdoän Dujardin, un homme nature aux « Dessous des dames »

Jour de grande affluence, ce jeudi soir, aux Dames de France, pour l’inauguration de l’exposition « Les dessous des dames » co-organisée par les Dessous des dames et Urban Art Up. On se précipite, on se presse, on se reconnait, on se congratule, on s’extasie face aux œuvres exposées dans les six espaces ouverts au public. Des espaces, des œuvres où la femme est représentée sous toutes ses facettes, dans tous ses états et où la créativité n’a pas de limite. A l’entrée de la salle, un homme attend derrière son étal de vins. Sans détonner vraiment, il surprend. Vêtu d’un pull camionneur et d’un jean, il parait presque étonné d’être là. Et en ce début de vernissage, totalement ignoré du public. Erdoän Dujardin est éleveur de vin nature sur les communes d’Ortaffa et de Saint-André. Il exploite Dounhic, une marque déposée sans label, mais cultivée selon les principes de l’agriculture biologique, sans pesticides, ni produits chimiques. Quand on lui demande comment il en est arrivé à participer à ce grand festival artistique, il répond du tac au tac. « C’est vrai qu’on peut se poser la question pour un plouc comme moi », explique-t-il avec un sourire malicieux avant de préciser aussitôt que l’expression n’est en rien péjorative pour lui. « C’est le côté rat des champs, rat des villes. C’est juste une différence de mode de fonctionnement. Par exemple, moi, j’habite à Tresserre. A Tresserre, tout le monde se dit bonjour. Quand on croise quelqu’un, on se dit bonjour. A Perpignan et même dans d’autres villages, ce n’est tout à fait comme ça que ça fonctionne. Je me sens plouc dans le sens où je suis habillé comme à la campagne, avec un état d’esprit un peu différent.»

Concilier production vinicole et musique

La soirée est désormais lancée. Après avoir fait le tour de l’exposition, les visiteurs se pressent pour la dégustation. Tout en servant quelques impatients, Erdoän Dujardin parle de son métier : « Je cherche à faire du vin sans spécialement revendiquer le vin nature. ». On l’interrompt, on le questionne, on lui tend son verre, mais tout en répondant aux nombreuses sollicitations du moment, il parvient à continuer. Et à expliquer la différence de son vin par rapport aux autres vins. « Tout commence à la vigne. Ecologiquement parlant, il n’y a pas d’intrants chimiques. Et pour la vinification, il y a des dosages maximum de sulfites à respecter. On accompagne le vin en fait, on essaie de garder le vin vivant. » Au fil des échanges, Erdoän Dujardin confiera qu’il en est venu aux vins naturels tout… naturellement ! « J’ai travaillé pour des vignerons dont l’un élevait des vins nature. J’ai aimé ses vins. A un moment, j’ai voulu faire mes propres vins. » Le vigneron de 46 ans exploite aujourd’hui 4 hectares de vignes et produit 3500 bouteilles par an. Une surface qu’il voudrait diminuer dans le futur pour se consacrer à son autre dada : la musique.
« J’aimerais ralentir ma production de vins pour pouvoir concilier mes deux passions. J’ai toujours été dans cette ambivalence, dans cette complémentarité. Avec d’un côté, l’art, et de l’autre, la nature. » Ses vins ont de doux noms : Ornella, Nana, un rosé essentiellement composé de Carignan, Rêve d’étoile – « C’est ma fille Nalia qui a trouvé le nom » -, Ecce Terra, un assemblage en rouges de Grenache, Mourvèche et Carignan, et Engre Natxe, « un 100% grenache». Jeudi soir, ils ont remporté un franc succès auprès d’un public autant conquis par l’homme que par le doux nectar. Reste maintenant à ceux qui n’ont pu assister au vernissage pour cause de trop grande affluence, à se rendre aux Dames de France désormais orpheline de la Fnac, mais riche de la créativité d’artistes talentueux. » Christine Allix
Exposition visible aux Dames de France (ex Fnac), 5 place de Catalogne, tous les jours, pendant deux mois, de 10h à 19h.
https://www.facebook.com/lesdessousdesdames/
https://www.facebook.com/dounhic




Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *