J'écris assez rarement en mon nom, par pudeur, par peur sans doute aussi, m…

« Suzon Il porte de grandes lunettes rondes. Une longue barbe et des cheveux bl…
28 août 2019
« Vague à l'âme… Cette nuit-là, il avait beaucoup plu, tellement plu qu’il…
29 août 2019

J'écris assez rarement en mon nom, par pudeur, par peur sans doute aussi, m…

J'écris assez rarement en mon nom, par pudeur, par peur sans doute aussi, mais aujourd'hui, face à l'Amamazonie en feu, j'ai juste envie de prendre ma plume pour appeler à la responsabilité de chacun. On peut accuser les gouvernements, les lobbies, les affairistes, les religions de tuer notre planète, mais n'est-il pas venu le temps de s'interroger sur nos propres pratiques? On ne cesse de partager des images de destruction de la planète, de disparition d'epèces vivantes, de catastrophes naturelles, mais que fait-on, nous, à notre niveau? changeons-nous notre façon de consommer? On se lamente, on se désespère, on accuse, on incrimine, mais nous, changeons-nous-nous quelque chose à notre façon d'être et de vivre? Là où j'habite depuis peu, il y a le tri sélectif et un très petit conteneur destiné aux déchets plastiques. Des amis m'ont indiqué qu'il suffisait de faire la demande à l'Agglo pour en avoir un plus grand, ce que j'étais prête à faire après une première quinzaine où mon conteneur s'est effectivement révélé trop petit pour notre consommation de plastiques. Et puis, je me suis dit que je prenais le problème à l'envers, que ce n'était pas le conteneur qui était trop petit, mais notre façon de consommer qui était inadaptée. Autre exemple, tout aussi parlant. Ma famille est venue me visiter de Normandie cette semaine. Elle m'a offert des madeleines pur beurre conditionnées en emballages individuels dans un carton comme si elles pouvaient se perdre alors qu'elles étaient si bonnes qu'on les a englouties en deux jours. Plutôt que des paroles, des mises en accusation, des partages sur les réseaux sociaux, changeons notre façon d'être et de surtout de vivre. En utilisant un composteur, j'ai réduit de deux tiers le volume de mes ordures ménagères. Je ne peux même pas vous décrire la satisfaction que je ressens à chaque fois que je vais vider ma petite poubelle de déchets vers dans le composteur installé au fond de mon jardin…. Les incendies qui ravagent aujourd'hui l'Amazonie viennent juste nous dire cela: arrêtons de parler et agissons! A ceux qui disent qu'il est trop tard, que c'est foutu, je réponds juste qu'il n'est jamais trop tard pour agir et que nous le devons à nos enfants, aux générations futures! Ma fille me disait cette semaine qu'elle avait hâte d'avoir des enfants pour lui montrer la beauté de la nature tant qu'elle existe encore… Il y a certes beaucoup de dégâts irrémédiables, mais il reste encore beaucoup de choses à préserver alors agissons sans plus attendre! De très nombreuses entreprises proposent aujourd'hui des solutions alternatives, sans emballages qui mettraient des centaines d'années à disparaitres. Soyons responsables et conscients que chacun de nous, à notre niveau, nous pouvons changer les choses!
Christine Allix.




Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *