Laurent Maynadier, de la vigne aux plantes aromatiques

Jeanne Bastoul, l’écriture en exutoire, une expo pour mémoire
29 septembre 2020
Marie Boschert ou l’art de cultiver l’instant présent
30 octobre 2020

Laurent Maynadier, de la vigne aux plantes aromatiques

Les réseaux sociaux, quand ils sont bien utilisés, révèlent de nous bien des choses. Quand on suit les publications généreuses et lumineuses de Laurent Maynadier, on comprend d’emblée que le vigneron de Fitou aime passionnément sa terre audoise.

On sent l’homme passionné et avide de partage à sa façon de s’émerveiller. Sur le soleil qui se lève. Sur ses vignes qui donnent le meilleur d’elles-mêmes. Sur la vie qui se renouvelle en permanence.

Si son château Champ des Sœurs est depuis longtemps connu et reconnu, Laurent n’en reste pas moins lucide et prévoyant. « Les vignes sont soumises au dérèglement climatique. Les terrains les plus riches en pierres décrochent aujourd’hui. Ce ne sont plus des terres où tu peux faire des bons produits tous les ans. »

A cela s’ajoutent deux phénomènes. D’une part, les stocks de vins de plus en plus importants. D’autre part, les consommateurs boivent désormais plus de bière que de vin. Laurent a donc décidé de réagir et de se lancer dans la production de plantes aromatiques, d’aloe vera et de cactus. « Après trente à soixante ans de production, la vigne est arrachée et le sol mis au repos pendant une dizaine d’années. Au départ, j’ai juste voulu réfléchir à la façon d’utiliser la terre pendant cette période.»

Comme toujours avec Laurent Maynadier, l’idée n’a pas fait qu’émerger. Elle a germé puis donné naissance à un vrai chantier. « Il y a dix ans, on m’aurait pris pour un fou, mais les choses ont changé. Aujourd’hui, l’exploitation du Champ des Sœurs est très connue. Surtout, la filière viticole n’est pas au mieux. Chaque année, elle connait de gros problèmes. L’an dernier, un coup de chaud a fait monter la température des sols à 55° et dévasté les vignes de Perpignan jusque dans le Gard. Beaucoup de vignerons ont été traumatisés. Du coup, lorsque j’ai soumis mon projet à la Chambre d’agriculture et à l’Agence de l’eau, elles m’ont suivi tout de suite ! En termes de transition écologique comme de changement de climat, c’est très intéressant de tester des plantes qui consomment peu d’eau. D’autant qu’elles peuvent représenter une source de revenus complémentaires à la vigne très appréciable. »

L’homme au chapeau de paille et à la bonhomie légendaires s’est donc lancé. Sur un terrain vierge de vignes et riche d’un puits qu’il a nettoyé et équipé d’une pompe, il a planté Aloe vera, cactus raquette, cactus à fruits, thym, romarin, sauge, sarriette, lavande et lavandin. « On a déjà une dizaine de variétés qu’on va sans doute doubler cette année. »

Toujours prêt à expérimenter plusieurs options, Laurent a sur chaque rangée de plantes prévus deux systèmes d’arrosage : une partie en goutte à goutte et l’autre en arrosage manuel. « Tu vois à l’œil que les deux systèmes ne donnent pas du tout les mêmes rendements. »

Laurent n’en est qu’au début de son expérimentation, mais il voit déjà plus loin. Il a d’ores et déjà associé deux restaurateurs et un sommelier de la région pour sublimer sa production. « L’idée, c’est de dire aux gens : vous allez bien manger, mais vous allez aussi vous faire du bien ! »

A terme, il voudrait développer une partie cosmétique. Et aussi rendre fertile une parcelle de bord de mer « avec des espèces qui résistent au sel ».

Vous l’avez compris, Laurent Maynadier n’est pas à court d’idées. Ce visionnaire sait anticiper les changements climatiques. Surtout, il n’a pas peur d’aller là où on ne l’attend pas. Sans se soucier du quand dira-t-on. Sans renier les treize générations de vignerons qui ont travaillé la vigne avant lui et sa femme Marie. Juste avec la certitude tranquille que la vie est un perpétuel renouvellement. Et la conscience qu’il suffit d’en suivre le mouvement.

2 Comments

  1. laurent dit :

    Merci Christine pour cette mise en lumière du chemin que je partage avec Marie .
    A bientôt chez Lucas pour une idée que l on doit immerger pour lui donner de la forme et du fond.

  2. COUDERT dit :

    Jolie projet, belle attitude face aux changements climatiques.
    La résilience est la plus sage des décisions.
    Félicitations!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *